L’ail des ours

L’ail des ours, pour reprendre des forces après l'hiver...Comme les ours!

Autres noms de l’ail des ours : ail sauvage = ail des bois = .Allium ursinium

ail des ours

Qu'y a-t-il dans l'ail des ours ?

L’ail des ours contient des vitamines C, A, B, des composés soufrés qui sont des antimicrobiens et antibiotiques naturels. Il contient aussi du sélénium qui est un antitoxique et de nombreux autres minéraux et oligoéléments comme le  fer, le silicium, le manganèse et le zinc.

Vertus de l’ail des ours

Il est réputé pour favoriser l’élimination des toxines et des déchets organiques de notre organisme. Il est également connu pour soulager les rhumatismes et résoudre certains problèmes de peau.

Comme il fluidifie le sang, il régule la tension artérielle et contribue au bon fonctionnement circulatoire.

C’est un antiseptique et antibiotique naturel qui favorise la digestion et permet de traiter diarrhées et ballonnements.

Grâce au sélénium qu’il contient : ses composés soufrés permettent d’éliminer le mercure et le plomb de l’organisme en les rendant solubles dans l’eau.

D’autre part, il a des propriétés vermifuges, hypoglycémiantes (diminution du taux de glucides dans le sang) et hypolipémiantes, (diminution du taux de lipides dans le sang).

Sa saveur caractéristique est  proche de celle de l’ail, en conséquence, cela en fait un aromate apprécié en cuisine.

On peut consommer toutes ses parties bulbe, tiges, feuilles et même les fleurs.

Autrement, on l’utilise parfois comme  colorant naturel vert foncé.

Où trouver l’ail des ours ?

Elle pousse dans les sous-bois dans des zones fraîches, humides et ombragées. D’un autre côté,on peut la repérer à son odeur car elle diffuse un fort parfum d’ail.

Quand récolter l’ail des ours ?

Cela peut varier un peu selon les régions mais en moyenne, en mars on peut commencer à récolter les feuilles, ensuite les fleurs apparaissent vers le mois de mai et finalement, en juin, c’est la fin de la saison. Le bulbe pourra être ramassé de l’été jusqu’à l’automne.

Lors de la cueillette, veillez à ne prendre que ce dont vous avez besoin pour préserver la reproduction, surtout en ce qui concerne les bulbes bien sûr.

Attention

Si vous faites vous-même la cueillette, il ne faut pas se tromper, cela peut être très dangereux, voire mortel !

Plantes qui peuvent être confondues avec l'ail des ours et sont toxiques

Autres précautions

Il existe un autre danger potentiel :

Dans certaines régions il faut faire attention à l’échinococcose https://www.wiv-isp.be/epidemio/epifr/plabfr/echino.HTM

C’est une maladie qui peut être transmise à l’homme par des œufs déposés sur les feuilles via les excréments d’animaux contaminés. Ainsi les larves vont coloniser un organe (souvent le foie) ne provoquant des symptômes que longtemps après la contamination, parfois jusqu’à une quinzaine d’années plus tard.

Pour éliminer tout risque, il faut absolument le cuire avant de le manger (conditions de cuisson : 10′ à 60°C, 5′ à 70°C ou 1′ à 100°C car le lavage ne suffit pas et la congélation ne sert à rien.  

MISE EN GARDE : L’ail des ours allonge le temps de coagulation et peut donc interférer avec des médicaments anticoagulants.

Ne surtout pas confondre avec :

Le colchique qui peut lui aussi se trouver en lisière de forêt et contient de la colchicine très toxique. La feuille du colchique est plus épaisse que celle de l’ail des ours et n’est pas portée par une tige.

Petite vidéo informative pour différencier l’ail des ours et le colchique, trouvée sur le net : https://www.youtube.com/watch?v=ppKrRJA0ClA

Le muguet a 2 ou 3 feuilles sur une même tige et la base de chaque feuille est enroulée autour de la précédente et autour de la tige. Il est lui aussi toxique mais entraîne des effets moins graves que ceux du colchique.

L’arum maculé se trouve souvent au milieu de l’ail des ours. Nous pouvons surtout confondre l’ail des ours avec ses jeunes feuilles. Pour les différencier, il faut regardez les nervures : celles de l’ail sauvage sont parallèles alors que celles de l’arum ont des nervures qui partent horizontalement d’une nervure centrale.

Cueillez bien feuille par feuille pour ne pas risquer de récolter une autre plante en même temps.

A savoir

On peut acheter l’ail des ours en jardinerie (graines ou plants) et le faire pousser dans le jardin ou en pot (dans du terreau avec un peu de compost) à l’ombre.

On peut le trouver en tisane, poudre, macérat de bourgeons, teinture mère, élixirs, gélules, extraits de plantes fraîches.

Sa consommation n’est pas anodine et les conseils d’un professionnel sont fortement conseillés. Demandez un avis médical si vous prenez des médicaments ou avez des pathologies.

Comment conserver les fleurs et feuilles de l’ail des ours ?

Tout d’abord il faut le laver soigneusement dans de l’eau vinaigrée puis le rincer l’essorez et le sécher.

  • Au réfrigérateur dans le bac à légumes du réfrigérateur en l’ayant préalablement enveloppé dans un papier absorbant puis dans un sachet ou boite en plastique
  • Au congélateur feuilles entières ou ciselées.
  • Dans de l’huile durant 1 an une fois mixé avec un peu de sel. Les fleurs blanchies 1 minute dans de l’eau bouillante pourront être conservées 1 an dans de l’huile d’olive.
  • Séché au déshydrateur ou au four, l’idéal serait de disposer d’un séchoir. Mais ce n’est pas le mode de conservation idéal car ainsi, il perd une grande partie de sa saveur.

Comment se consomme l’ail des ours ?

Toute la plante est comestible :

  • Le feuillage, les fleurs dans une salade, un fromage frais, en pesto, dans une vinaigrette, de l’huile, du beurre, en soupes, gratin, omelette…Consommez plutôt les jeunes feuilles crues et les plus âgées (lors de la floraison) cuites.
  • Le bulbe : écrasé comme une gousse d’ail
  • Les jeunes boutons floraux : préparés au vinaigre.
  • La tige hachée comme de la ciboulette.

Recettes

Ma recette d’omelette à l’ail des ours pour 2

omelette à l'ail des ours

Il vous faut :

  • 4 œufs
  • 2 cuillères à soupe de lait de brebis
  • Une grosse poignée de feuilles d’ail des ours
  • 50 g de fromage râpé
  • Sel
  • Mélange 5 baies
  • Huile d’olive

Lavez soigneusement et séchez les feuilles de l’ail des ours avant de les ciseler grossièrement puis réservez-les.

Cassez les œufs dans un saladier.

Ajoutez le lait. Battez en omelette.

Salez et ajouter le mélange 5 baies à votre convenance.

Ajoutez-les l’ail des ours et le fromage à la préparation en mélangeant délicatement. 

Faites chauffer une cuillère à soupe d’huile d’olive dans une poêle.

Dès que l’huile est bien chaude, verser la préparation dans la poêle.

Laisser cuire pendant 3 à 5 min tout en secouant la poêle jusqu’à ce que les œufs commencent à prendre.
Puis retourner l’omelette, faire cuire de nouveau pendant 2 min.

C’est prêt ! Dégustez.

omelette à l'ail des ours

Ma recette du pesto à l’ail des ours

Pesto

Il vous faut

  • Un grand bol d’ail des ours
  • 40g de parmesan
  • 40g de pignons de pin
  • De l’huile d’olive
  • Du sel

Laver et sécher soigneusement l’ail des ours.

Supprimez les tiges, seules les feuilles sont utilisées.

Mixer tous les ingrédients au robot en ajoutant de l’huile d’olive jusqu’à la consistance souhaitée.

Transvaser dans un pot en verre, verser une fine couche d’huile d’olive par-dessus et conserver au réfrigérateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *